Jardin : quatre conseils pour réussir son potager

Envie de cultiver votre jardin ? Si le potager maison n’a jamais été aussi tendance, tout le monde n’a pas naturellement la main verte. Matériel incontournable, sélection des graines, techniques écoresponsables, nouvelles technologies… découvrez comment rendre fertile votre jardin.

Pour 25 %* des Français, le jardin idéal est un jardin nourricier. Comprenez un espace dans lequel vous pouvez cultiver légumes, fruits et autres plantes aromatiques. Ou même posséder un poulailler pour récolter des œufs frais chaque matin. Le jardin d’agrément, lieu de convivialité et détente arrive seulement second. L’engouement des Français pour le potager ne se dément pas, mais en plus la pandémie a prouvé qu’il était bien plus qu’un effet de mode ! Mais devenir un jardinier efficace ne s’improvise pas. Paillage, jachère, applications numériques… maîtrisez le bon vocabulaire avant de vous lancer dans cette nouvelle aventure.

Bien définir votre espace

La leçon numéro 1 lorsqu’on se lance dans le potager ? C’est de commencer modestement. « Cela ne sert à rien de voir trop grand dès le départ. Il vaut mieux débuter par deux ou trois plantations, puis se développer au fur et à mesure. Quand les particuliers ont trop d’ambition dès le départ, ils risquent d’être déçus et de se décourager vite en cas d’échec », explique Kevin Bernard, cofondateur de Quadra Terra, une solution clef en main pour un potager bio et autonome. Au-delà de la taille de votre parcelle, il faudra aussi vous adapter au réel. « Apprenez à tirer profit de l’existant ! Butte, muret, nature du sol, exposition… tous ces éléments doivent être pris en compte pour le choix des plantations », développe Claire Deboes, chef de produit jardin chez Leroy Merlin. Acceptez vos limites et n’hésitez pas à les transformer en opportunité. « Vous avez un mur un peu délabré dans votre jardin, n’hésitez pas à faire monter des cultures dessus », donne en exemple Claire Deboes.

La structuration de votre espace reste également primordiale. Une fois que vous avez choisi le meilleur emplacement pour vos plantations, il faudra aussi structurer votre espace. Certains éléments doivent être accessibles surtout si vous optez pour une version écoresponsable du potager. Pensez par exemple à installer un récupérateur d’eau de pluie à proximité. Le compost devra aussi rester à proximité du potager puisqu’il vous servira d’engrais gratuit. Attention toutefois à ne pas l’installer trop près de la maison pour éviter les mauvaises odeurs.

Simplifiez-vous la vie

Tout le monde n’a pas le temps de passer des heures dans son jardin potager. « Heureusement, en adoptant certaines pratiques toutes simples, vous pourrez vraiment éviter les corvées inutiles », assure Kevin Bernard. Dans la liste des tâches ingrates, l’arrachage des mauvaises herbes arrive en tête. En optant pour la technique de la toile de paillage (à base de matières biodégradables comme le chanvre), vous empêcherez ces indélicates de pousser. Vous pouvez préférer un paillage organique à base de copeaux de bois, d’écorces de pin ou de coco. « Outre leur efficacité, ces paillages apportent également une touche de couleur dans votre jardin », indique Claire Deboes.

« Pour être encore plus dans une démarche écologique, chez Quadra Terra nous proposons du paillage à base de vieux foin récupéré chez les agriculteurs », note Kevin Bernard. Avec cette technique, le piochage de la terre, indispensable lors de la création de votre potager, sera moins fréquent. « Ce travail devra être effectué seulement une fois par an, ce qui permet de préserver la terre et la vie du sol », estime Kevin Bernard. Le choix des légumes se révèle aussi primordial si vous ne souhaitez pas passer trop de temps au jardin. « Préférez les plantes les plus simples et les plus résistantes comme les tomates cerises, les salades, les haricots et les herbes aromatiques. N’oubliez pas que la nature du sol détermine la réussite de vos plantations. Un diagnostic préliminaire reste recommandé », insiste le co-fondateur de Quadra Terra.

Bien gérer l’eau

Dans un potager, l’arrosage reste essentiel. Mais pas à n’importe quel prix. Aujourd’hui, au vu des enjeux environnementaux, réaliser des économies d’eau potable doit être une priorité pour tous les jardiniers. « Le paillage permet justement de retenir l’eau, ce qui exigera un arrosage moindre », souligne Kevin Bernard. Autre solution écologique : installer un récupérateur d’eau de pluie. « Vous pouvez également mieux réguler votre niveau d’arrosage en optant pour des systèmes de programmation ou de goutte-à-goutte », recommande Claire Deboes. Ces équipements évitent de gâcher de l’eau, mais répondent aussi mieux aux besoins de certaines plantes qui supportent mal un arrosage irrégulier et développent des maladies.

« En plus, les programmateurs optent pour les meilleurs moments de la journée, évitant les heures trop chaudes de la journée où l’évaporation est trop importante », rajoute Claire Deboes. Les systèmes connectés et intelligents peuvent désormais vous simplifier la vie. Pour Kevin Bernard, les capteurs d’hygrométrie constituent une solution indispensable. « Nous installons, pour nos clients, une sonde capable de mesurer l’humidité du sol. Cela évite le gaspillage. Ainsi, quand il a plu, l’arrosage ne sera pas déclenché », note Kevin Bernard. Si vous optez pour une application connectée, sachez qu’elles ne vous seront pas utiles que pour l’arrosage, elles offrent également toute une série de conseils pour devenir un vrai jardinier.

Respectez le cycle du vivant

Pour réussir son potager, il faut respecter les éléments naturels. « Vous devrez apprendre à attirer les insectes utiles et à protéger vos plantations en limitant le recours aux pesticides. Un exemple ? Pour empêcher des limaces de venir saccager vos salades, installez des barrières à base de tasseaux de bois et d’un filet en cuivre », explique Claire Deboes. Autre leçon primordiale : l’alternance des cultures. Si vous replantez chaque année, au même endroit les mêmes légumes, vous finirez par appauvrir la terre. Résultat : la récolte sera moins riche.

Pour éviter cet écueil, organisez votre potager en carrés (idéalement cinq espaces si vous pouvez). Sur le premier, optez pour des légumes fruits (tomates, concombres, poivrons…), sur le second privilégiez les légumes feuilles (choux, salades…), pour le troisième réservez les légumes graines (pois, haricots, fèves…) et sur le quatrième, plantez des légumes racines (carottes, navets…). Chacune de ses plantations ne va pas puiser les mêmes nutriments dans le sol. En organisant une rotation chaque année, vous permettrez à la terre de se régénérer de manière efficace. Enfin, le cinquième carré devra lui être laissé en jachère pour un repos complet. « Vous pouvez y mettre des plantes comme le trèfle blanc ou des feuilles de moutarde. Le résultat sera joli, floral et attirera les oiseaux et les insectes favorables à vos cultures », conclut Claire Deboes. Une fois la saison terminée, vous n’aurez plus qu’à tout couper et à enterrer les feuilles dans le sol comme engrais naturel.